Les mesures de sécurité adoptées par l’Immigration américaine

Un fort sentiment d’insécurité règne aux États-Unis depuis les attaques terroristes du 11 septembre 2001. L’immigration est au cœur de tous les débats politiques et la position du gouvernement varie d’une administration à l’autre. Trump, actuel président des États-Unis, est en faveur d’une immigration fortement contrôlée. Quelles sont les nouvelles mesures de sécurité prises par la sécurité intérieure des États-Unis ? L’ESTA a-t-il été créé pour renforcer les mesures de protection ?
 

Les mesures de protection prises pour encadrer l’immigration légale

Quel que soit le gouvernement en place, il n’a jamais été question pour les États-Unis de fermer complètement leurs frontières. Les voyageurs et les immigrants sont les bienvenus, sous certaines conditions. Pour contrôler les flux d’immigration, les autorités misent sur plusieurs mesures de protection que sont : le passeport sécurisé, l’ESTA et le visa.

Le passeport sécurisé

Un passeport sécurisé est la mesure de protection la plus simple à respecter. Par passeport sécurisé, le gouvernement américain entend passeport électronique ou passeport biométrique. En France, le passeport électronique a été mis en circulation en mai 2006 avant d’être remplacé par le passeport biométrique en juin 2009. Ainsi, tous les passeports français actuels sont conformes aux exigences américaines.

Le voyageur souhaitant se rendre sur le sol américain doit être en possession d’un passeport en cours de validité. Lorsque vous vous apprêtez à obtenir des documents de voyage, vérifier au préalable la date d’expiration du passeport.

L’ESTA

Pour les transits et les séjours de moins de 90 jours, les États-Unis ont mis en place l’autorisation de voyage électronique ESTA. Ce document de voyage, d’une durée de validité de 2 ans, s’inscrit dans le cadre du programme d’exemption de visa (VWP, Visa Waiver Program) permettant aux ressortissants des 38 pays participants de voyager aux USA sans visa.

Avant la mise en place de l’ESTA, aucune autorisation de voyage n’était alors demandée. Bien entendu, les autorités américaines ne pouvaient continuer ainsi et ont décidé d’implémenter l’ESTA pour permettre de garantir la sécurité nationale des États-Unis tout en encourageant le tourisme.

Puisque l’autorisation ESTA est une mesure de protection, son obtention est bien entendu soumise à condition :

  • avoir un passeport valide ;
  • être ressortissant d’un des pays membre du VWP et ne pas avoir pour double nationalité, la nationalité iranienne, irakienne, syrienne ou soudanaise ;
  • s'engager à séjourner aux USA 90 jours maximum ;
  • ne voyager aux États-Unis que pour le tourisme ou les affaires ;
  • ne pas répondre oui à l’une des questions du formulaire ESTA.

La demande d’ESTA, pour entrer sur le territoire américain, ne requiert pas de contacter l’ambassade américaine. Elle se fait sur Internet uniquement en remplissant un formulaire en ligne. La demande en ligne se trouve sur le site officiel du gouvernement américain. Un formulaire simplifié est également disponible sur des sites privés, tel celui de notre partenaire.

Une fois de plus, vérifier la date de validité de votre document d’identité avant de faire une demande d’ESTA, car les deux documents sont liés électroniquement. L’ESTA a été instauré pour contrôler les voyageurs avant leur embarquement vers les États-Unis. Si les documents ne correspondent pas, la douane refusera leur accès au pays de destination.

L’ESTA est obligatoire pour les arrivées par voies aériennes ou maritimes. Le voyage aux USA par voies terrestres ne nécessite pas d’ESTA, mais oblige les voitures à passer également par la douane. Les formalités d’entrée du passage par la frontière terrestre des États-Unis requiert au voyageur de remplir le formulaire l-94 W au préalable et de payer une taxe de 6 USD sur place.  

Le visa américain

Contrairement à l’ESTA qui couvre aussi bien les séjours touristiques que les voyages d’affaires, la demande de visa de séjour temporaire repose sur le type de séjour aux États-Unis prévu : visa touristique, visa étudiant, visa de travail, etc.

Pour l’expatriation, une carte de résident peut également être demandée si le candidat a un sponsor américain. La carte de résidence permanente est plus connue sous le nom de carte verte ou green card. Elle s’obtient également de différentes manières selon le type de demande : la green card par le mariage, par le travail ou même la loterie carte verte.

La demande de visa se fait auprès de l’ambassade des États-Unis ou du consulat.

La pression du gouvernement des USA est très forte en ce qui concerne les visas et la loterie green card est un peu la bête noire du D. Trump. Ce dernier souhaite privilégier l’immigration qualifiée et se repose sur de nombreuses mesures de sécurité pour assurer la défense du territoire américain.

Une demande de visa requiert que le passeport du voyageur soit valable encore 6 mois après la date du séjour.
 

Les mesures de sécurité renforcées pour lutter contre l’immigration illégale

L’immigration illégale est le fer de lance de l'administration Trump. L’évocation d’un mur à la frontière mexicaine comme mesure de sécurité renforcées contre l’immigration illégale continue de faire la une des journaux.

La mise en place de camps de détention aux frontières américaines, sous couvert de mesures de sécurité, a également secoué l’opinion publique américaine et internationale.

Parmi les mesures de sécurité employées par les autorités américaines, nous comptons également le recours au bracelet électronique, les expulsions et le recours fréquent aux services d’ICE (Immigration and Customs Enforcement), la police douanière et de contrôle des frontières.

Gardez en tête que même si vous êtes en possession d’un ESTA ou d’un visa, cela ne garantit pas votre entrée sur le territoire américain. Seules les agents du poste-frontière seront autorisés à approuver votre passage aux douanes américaines. Il est conseillé qu’une personne souhaitant voyager aux États-Unis possède un billet d’avion aller/retour afin de prouver aux douaniers que son motif de séjour n’est pas d’immigrer illégalement.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d’audience et de vous proposer des services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus.